L’insomnie est la sensation d’un sommeil insuffisant ou médiocre en raison d’un ou plusieurs des symptômes suivants : difficulté à s’endormir, difficulté à rester endormi, réveil trop précoce ou sommeil non réparateur. Pour que l’insomnie soit diagnostiquée, ces symptômes doivent être présents au moins trois nuits par semaine et la difficulté de sommeil doit être présente pendant au moins un mois.

Tous ces symptômes peuvent entraîner une somnolence diurne, des problèmes de concentration, une irritabilité et l’incapacité de se sentir frais et dispos au réveil. Quelque 50 à 70 millions d’Américains souffrent d’un trouble du sommeil ou de l’éveil, selon les Centers for Disease Control and Prevention.
L’insomnie n’est pas définie par le nombre d’heures de sommeil d’une personne ou le temps qu’elle met à s’endormir. Le besoin et la satisfaction du sommeil varient d’une personne à l’autre. L’une des caractéristiques de l’insomnie est que les personnes ressentent une détresse ou une altération de leur fonctionnement en raison de leur mauvais sommeil.

L’insomnie peut être classée comme épisodique, persistante ou récurrente. L’insomnie qui dure d’un mois à trois mois est épisodique. Si les symptômes durent trois mois ou plus, l’insomnie est dite persistante. L’insomnie est considérée comme récurrente si deux épisodes ou plus surviennent en l’espace d’un an.

Le développement et l’évolution de l’insomnie tels que catalogués comprennent :

L’apparition des symptômes de l’insomnie peut survenir à tout moment de la vie, mais le premier épisode est plus fréquent au cours du jeune âge adulte. Plus rarement, l’insomnie commence pendant l’enfance ou l’adolescence. Chez les femmes, une nouvelle insomnie peut survenir à la ménopause et persister même après la disparition d’autres symptômes, comme les bouffées de chaleur. L’insomnie peut se manifester à la fin de la vie et est souvent associée à l’apparition d’autres problèmes de santé.

L’insomnie peut être situationnelle, persistante ou récurrente. L’insomnie situationnelle ou aiguë dure généralement quelques jours ou quelques semaines et est souvent associée à des événements de la vie ou à des changements rapides des horaires de sommeil ou de l’environnement. Elle se résorbe généralement une fois l’événement initial passé. Chez certaines personnes, peut-être plus vulnérables aux troubles du sommeil, l’insomnie peut persister longtemps après l’événement initial, peut-être en raison de facteurs de conditionnement et d’un état d’éveil accru. Les facteurs qui précipitent l’insomnie peuvent différer de ceux qui la perpétuent.

Par exemple, une personne alitée à cause d’une blessure douloureuse et qui a de la difficulté à dormir peut ensuite développer des associations négatives avec le sommeil.
L’excitation conditionnée peut alors persister et conduire à une insomnie persistante. Une évolution similaire peut se produire dans le contexte d’un stress psychologique aigu ou d’un trouble mental. Par exemple, l’insomnie qui survient pendant un épisode de trouble dépressif majeur peut devenir un centre d’attention, avec le conditionnement négatif qui en découle, et persister même après la résolution de l’épisode dépressif. Dans certains cas, l’insomnie peut également se manifester de manière insidieuse, sans facteur déclenchant identifiable.

L’évolution de l’insomnie peut également être épisodique, avec des épisodes récurrents de troubles du sommeil associés à des événements stressants. Les taux de chronicité varient de 45 % à 75 % pour des suivis d’un à sept ans. Même lorsque l’insomnie est devenue chronique, les habitudes de sommeil varient d’une nuit à l’autre, avec une nuit occasionnelle de sommeil réparateur entrecoupée de plusieurs nuits de mauvais sommeil. Les caractéristiques de l’insomnie peuvent également changer avec le temps. De nombreuses personnes souffrant d’insomnie ont un passé de sommeil “léger” ou facilement perturbé avant l’apparition de problèmes de sommeil plus persistants.

Les plaintes d’insomnie sont plus fréquentes chez les adultes plus âgés. Le type de symptôme change en fonction de l’âge, les difficultés à initier le sommeil étant plus fréquentes chez les jeunes adultes et les problèmes de maintien du sommeil se produisant plus fréquemment chez les personnes d’âge moyen et plus âgées.

Les difficultés à initier et à maintenir le sommeil peuvent également survenir chez les enfants et les adolescents, mais les données sur la prévalence, les facteurs de risque et la comorbidité durant ces phases de développement sont plus limitées. Les difficultés de sommeil dans l’enfance peuvent résulter de facteurs concomitants (un enfant qui n’apprend pas à s’endormir ou à se rendormir sans la présence d’un parent, par exemple) ou de l’absence d’horaires de sommeil et de routines du coucher cohérents. L’insomnie à l’adolescence est souvent déclenchée ou exacerbée par des horaires de sommeil irréguliers. Chez les enfants comme chez les adolescents, des facteurs psychologiques et médicaux peuvent contribuer à l’insomnie.

Symptômes

Les critères diagnostiques de l’insomnie comprennent la difficulté à s’endormir, la difficulté à maintenir le sommeil et le réveil matinal avec incapacité à se rendormir. Les troubles du sommeil de ce type provoquent une détresse et une altération significatives dans une multitude de domaines de fonctionnement, notamment social, scolaire, comportemental et professionnel.
Signes et symptômes tels que répertoriés par le DSM-5 :

Une plainte prédominante d’insatisfaction concernant la quantité ou la qualité du sommeil, associée à un (ou plusieurs) des symptômes suivants :

Difficulté à initier le sommeil. (Chez les enfants, cela peut se manifester par une difficulté à initier le sommeil sans l’intervention du soignant).
Difficulté à maintenir le sommeil, caractérisée par des réveils fréquents ou des problèmes pour se rendormir après les réveils. (Chez les enfants, cela peut se manifester par une difficulté à se rendormir sans l’intervention de la personne qui s’occupe d’eux).
 Réveil matinal avec incapacité à se rendormir.
La perturbation du sommeil entraîne une détresse ou une altération cliniquement significative du fonctionnement social, ocupationnel, éducatif, scolaire, comportemental ou d’autres domaines importants.
La difficulté à dormir survient au moins 3 nuits par semaine.
Les troubles du sommeil sont présents depuis au moins 3 mois.
Les difficultés de sommeil surviennent malgré des occasions adéquates de dormir.
L’insomnie n’est pas mieux expliquée par un autre trouble du sommeil et de l’éveil (narcolepsie, trouble du sommeil lié à la respiration, trouble du rythme circadien, parasomnie) et ne survient pas exclusivement au cours de celui-ci.
L’insomnie n’est pas attribuable aux effets physiologiques d’une substance (une drogue illicite, un médicament).
Les troubles mentaux et médicaux coexistants n’expliquent pas adéquatement la plainte prédominante de l’insomnie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire